Crise sanitaire au Soudan: Rapport alarmant du CICR

source:medecins-sans-frontières.org 

 

Selon le rapport alarmant publié le 15 mars par le Comité International de la Croix Rouge, il y aurait un début d’épidémie de choléra dans la région d’El-Obeid au Soudan. Le rapport insiste sur la nécessité d’une intervention médicale immédiate. Jusqu’à présent, le gouvernement soudanais avait interdit  au Mouvement du Croissant-Rouge soudanais (appellation du CICR dans les pays musulmans), d’intervenir dans cette région détenue par les rebelles janjawids jusqu’à l’opération « Gobe-Mouche » du 19 février 201 Désormais, le CICR annonce dans son rapport son intention d’intervenir afin de « limiter tout risque d’expansion de l’épidémie« . Pour cela, des mesures préventives seront mises en place: « le renforcement du système de surveillance et de notification, la standardisation de la prise en charge des cas, la promotion de l’éducation sanitaire et de l’hygiène, la chloration de l’approvisionnement public en eau, le développement de nouveaux systèmes de distribution et d’accès à l’eau« , précise le rapport.

La crise humanitaire est donc doublée par une crise sanitaire qui nécessite une intervention immédiate du CICR avec une coopération du gouvernement soudanais, jusqu’à présent défaillante.

Insolite : le sceau présidentiel des Etats-Unis fabriqué à Saint Etienne ?

Posted on 13 mars 2013 by Joseph Rabesoa

Une erreur s’est glissée dans le traité bilatéral entre la République du Soudan et les Etats-Unis (signé le 4 mars dernier) : le sceau présent à côté de la signature du président Barack Obama affiche « Saint Etienne » (ville de France).
Certainement une inattention de la part des autorités américaines…

Paru sur trouverlerreur.com, le 12 mars 2013

Accord de défense Paris-Khartoum: une erreur stratégique de la France?

Posted on 13 mars 2013 by James Waqar

Ce lundi 11 mars la France a répondu présent à l’appel d’aide du Soudan, et les deux pays ont conclu  un accord de défense impliquant l’installation d’une base militaire française à Khartoum afin de prévenir un éventuel coup d’Etat de la part des Janjawids. Le Soudan se trouve dans un contexte d’instabilité politique et d’insécurité depuis l’assassinat du président Omar el-Béchir le 26 février. Ainsi, la France justifie cette décision par sa volonté de « lutter contre le terrorisme » et de « démanteler les réseaux susceptibles de porter atteinte à la sécurité du gouvernement de Khartoum ».

Le déploiement des moyens militaires français se déroulera en deux phases: l’objectif premier est celui de  sécuriser le site de l’aéroport de Khartoum, le deuxième de déployer les moyens matériels nécessaire à l’implantation des troupes françaises. L’envoi de 130 soldats est prévu pour la première phase de la mission, puis 230 dans la deuxième phase.

L »intervention française semble être une réponse à la décision de la  Chine et de la Russie de créer une coalition avec les milices janjawids afin de renverser le régime de Khartoum (information parue dans le quotidien SOSoudan Libre du 12 mars et qui n’a pas été démentie).

Cela risque donc de geler les décisions au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies, dont la Chine, la Russie et la France sont trois des cinq membres permanents. Si les pays abusent de leur droit de veto, Trois membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU qui de manière officielle pour les uns, officieuse pour les autres,  Cette situation risque davantage d’enliser le conflit plutôt que de le résoudre.

 

Tensions au sein de l’Assemblée générale de l’ONU

Posted on 08 mars 2013 by H.D

Des bruits de couloir font état d’un ras le bol de certaines organisations régionales.

En effet, l’UNOCA (action militaire qui a pour but, entre autres, de lutter contre la LRA, menée sous l’égide de l’Union Africaine) semble oublier de consulter les organisations régionales dans ses décisions d’intervention. Ainsi, le conseil de sécurité de l’ONU a décidé de renforcer les missions de l’UNOCA sans déléguer ou discuter avec les alliances régionales (dont l’UA) qui ont pourtant des groupes d’intervention disponibles. Aucune négociation a été apparemment décidée dans le cadre de cette mission.

Le court-circuit des organisations régionales est-il un moyen efficace pour lutter contre la LRA? Les lecteurs de la Gazelle en doutent.

[Source: La gazelle régionale]

Les maï-maï intègrent la force armée congolaise

Posted on 07 mars 2013 by H.D

Le 07 mars dernier, la République Démocratique du Congo a annoncé l’intégration de la communauté Maï-Maï dans ses forces armées, au dépend des M23 qui restent sur le banc de touche.

On pourrait affirmer que cet acte est un pas de plus pour la paix, dans la région de centre Afrique. Pourtant, intégrer une force rebelle « hutu » ne présage rien de bon dans les négociations avec les rebelles M23 (tutsi). Il se pourrait même que cela soit une impasse dans les négociations puisque les deux ethnies se sont toujours faits face.

Vive la libération du peuple soudanais!

Posted on 06 mars 2013 by H.D

Khartoum, 6 mars 2013

Les casernes de Khartoum étaient en ébullition hier, en début de matinée: sur tous les sites militaires, des tracts circulaient parmi les soldats, reprenant le contenu d’un communiqué diffusé depuis 20 heures, la veille, sur les radios militantes locales. Dans ces tracts, un « Comité de Salut Public », dirigé par le capitaine Kinigi, appelle les soldats à manifester contre « un commandement corrompu, des officiers qui détournent la solde de leurs subordonnés et multiplient les mauvais traitements ». Cette mutinerie est largement suivie, quels que soient les régiments et les armes dont sont issus ces soldats.

Cette révolte a surpris le commandement qui n’a pas encore réagi. Cette inaction pourrait être due à l’incohérence du système décisionnaire de cet état failli: le gouvernement soudanais est obligé de faire appel aux pays voisins pour défendre son territoire d’une menace apparemment inoffensive (ndlr. opération « gobemouche »), ce qui démontre son inaptitude à faire respecter les lois sur son territoire. En outre, les militaires recrutés par les supérieurs au sein de leurs tribus, de leurs clans, de leurs familles, ne servent plus la nation, mais des intérêts privés.  Cette mutinerie, dans un contexte de différend frontalier avec le voisin sud-soudanais, reflète la situation d’ « Etat failli » qui caractérise le Soudan.
Peuple soudanais bafoué, peuple soudanais outragé. Quid d’un soulèvement populaire pour libérer le peuple soudanais? Le libérer en lui redonnant de l’espoir, de la confiance en ce qui peut accomplir de plus grand. Le libérer en lui accordant de nouveaux droits dignes de la grandeur du Soudan.
Que les forces se réveillent!
[Source: http://janjawii.org source proche des rebelles janjawid, pour la libération des peuples]

URGENT: PRISE DE LA VILLE DE KOSTI PAR LES JANJAWIDS

Posted on 15 février 2013 by Joseph Rabesoa

Suite à l’intervention du 14 février au soir, les milices janjawids ont pris le contrôle de la ville de Kosti au Soudan, poursuivant ainsi leur avancée vers l’Est. Forts de l’appui des Shebabs somaliens mais surtout d’une partie des Forces de Défense Soudanaises respectées par la population, les janjawids ont pris le pouvoir sans employer la force armée.

Paru sur le site lesoudanlibre.com

RDC : Echec de la lutte contre la LRA

Posted on 11 février 2013 by H.D

Une plateforme de 11 ONG dénoncent aujourd’hui l’inefficacité de la stratégie de l’ONU et de l’Union Africaine contre les rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). La rébellion sanglante de Joseph Kony sévit depuis 26 ans en République centrafricaine (RCA), au Sud-Soudan et en République démocratique du Congo (RDC). En cause : « l’indifférence de l’ONU » et le « sous-financement » de la mission de l’Union Africaine.

Image 1.pngDans un communiqué, 11 ONG internationales (1) affirment que la lutte anti-LRA mise en place par l’ONU et l’Union Africaine (UA) n’a pas réussi à vaincre l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA). 6 mois après le lancement d’une force pour contrer les attaques du chef rebelle Joseph Kony, ce rapport rédigé par une plateforme d’ONG souligne le faible engagement des gouvernements régionaux, « l’indifférence de l’ONU » et le « sous-financement de la mission de l’Union Africaine« .

Selon Ben Keessey, le directeur d’Invisible Children, “cela fait trop longtemps que les populations d’Afrique centrale subissent les atrocités innommables de la LRA. Leurs enfants sont enlevés et assassinés. Leurs familles sont contraintes de partir de chez elles et leurs moyens de subsistance sont détruits« . Pour le responsable de cette ONG, « l’ONU a fait preuve d’une grande responsabilité et a beaucoup investi dans le développement d’une stratégie pour soutenir ces populations et apporter une réponse aux horreurs perpétrées par la LRA. Aujourd’hui, elle ne doit pas relâcher ses efforts. Les enjeux sont trop grands, et il y a trop à perdre”.

Le rapport dénonce également « l’asile » que donnerait le gouvernement soudanais aux rebelles de Joseph Kony. L’aide du Soudan et la reprise de la guerre à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) renforceraient, selon ces ONG, « l’autorité meurtrière » de la LRA dans la région. Le rapport s’inquiète également de « l’inefficacité flagrante de la collaboration ONU-UA« , au moment où l’on parle « d’une probable intervention militaire au Mali« .

Pour Ernest Sugule, Coordinateur de SAIPED en République démocratique du Congo, “ce rapport est un appel à la raison en direction du Conseil de Sécurité. S’il ne mobilise pas ses énergies pour la stratégie et s’il ne s’assure pas que les gouvernements régionaux sont vraiment engagés, on risque de voir tout le processus tomber à l’eau. Le Secrétaire Général doit  affirmer publiquement sa détermination à voir la Stratégie Régionale de lutte contre la LRA de l’ONU mise en œuvre dans son intégralité”. Ces 11 ONG demandent enfin « plus de troupes » sur le terrain et « l’accès des (militaires) aux sites de repli de la LRA« .

Depuis maintenant 26 ans, la LRA du rebelle ougandais Joseph Kony, terrorise les populations de République démocratique du Congo (RDC), de République Centrafricaine et du Sud-Soudan. D’après le HCR, entre décembre 2008 et fin 2011, la LRA  a tué 2000 personnes, en a enlevé plus de 2600 et a provoqué le déplacement de 400.000 habitants au Nord et à l’Est de la RDC.

(1) Organisations signataires:
1. Action Congolaise pour l’Accès a la Justice (ACAJ)
2. Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO)
3. Commission Diocésaine Justice et Paix Dungu-Doruma (CDJP)
4. The Enough Project
5. European Network for Central Africa (EurAc)
6. Global Center for the Responsibility to Protect
7. Groupe LOTUS
8. IKV Pax Christi
9. Invisible Children
10. Resolve
11. Solidarité et Assistance Intégrale aux Personnes Demunies (SAIPED)

 

[Source: AFRIKARABIA, l'actualité réfléchie du Congo-Kinshasa]

 

Retrouvez l’article (réel) sur le blog AFRIKARABIA: http://afrikarabia2.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/12/05/rdc-echec-de-la-lutte-contre-la-lra.html datant du mercredi 5 décembre 2012

La LRA massacre à nouveau

Ce vendredi 15 mars, la LRA a massacré à la machette 200 habitants de la ville de Rafai, en Centrafrique. Des dizaines d’enfants ont été enlevés, ainsi qu’un reporter américain, membre de l’ONG Invisible children.

Crise sanitaire au Soudan: Rapport alarmant du CICR

elon le rapport alarmant publié le 15 mars par le Comité International de la Croix Rouge, il y aurait un début d’épidémie de choléra dans la région d’El-Obeid au Soudan. Le rapport insiste sur la nécessité d’une intervention médicale immédiate. Jusqu’à présent, le gouvernement soudanais avait interdit  au Mouvement du Croissant-Rouge soudanais (appellation du CICR dans les pays musulmans), d’intervenir dans cette région détenue par les rebelles janjawids jusqu’à l’opération « Gobe-Mouche » du 19 février 201 Désormais, le CICR annonce dans son rapport son intention d’intervenir afin de [...]

Les janjawids et la Chine complotent!

La coalition entre les Janjawids et la République Populaire de Chine semble se confirmer. En effet, un de nos investigateurs a surpris une entrevue secrète entre les deux acteurs, au Soudan.

Quel rôle pour l’Union africaine ?

C’est dans un climat délétère que s’est tenu, le vendredi 8 mars, la dernière Conférence de l’Union africaine. Et pour cause. Alors que l’Organisation semble aujourd’hui paralysée par les tiraillements de pays africains aux intérêts difficilement conciliables, l’intervention militaire au Soudan, orchestrée par la CEDEAO sans consultation préalable de l’UA, est ressentie comme une provocation et une remise en cause de la capacité de l’organisation à résoudre la crise soudanaise